Webzine

Journées Missionnaires

Résultats tombola

Pour retirer les lots, se présenter à l'accueil lundi 4 juin de 16h00 à 17h30 ou mardi 5 juin de 11h30 à 13h00 et de 16h00 à 17h30
Examens 2018

Brevet et baccalauréat 2018

Les dates des épreuves du brevet et du baccalauréat de juin 2018 ont été publiées. Vous pouvez les retrouver sur notre agenda et sur le site du Ministère de l'éducation nationale.   Bulletin officiel Minsitère
Prépa

Classement 2018 des classes préparatoires

Le magazine Challenges (janvier 2018) publie son classement 2018 des prépas : Saint Louis de Gonzague Franklin se place 2e pour ceux qui visent le top-6 des écoles de commerce.  Challenges - janvier 2018
Année scolaire 2016-2017

2017-2018 - Samedis travaillés au petit collège

9 septembre, 7 octobre, 25 novembre, 16 décembre, 13 janvier, 3 février, 10 mars, 7 avril, 26 mai, 23 juin
Année scolaire 2016-2017

2017-2018 - Samedis libérés au grand collège

Libérés pour tous : 23 décembre, 17 février, 31 mars, 12 mai - Libérés au collège : 30 septembre, 2 décembre, 27 janvier, 17 mars, 9 juin 
Journées Missionnaires 2018

Journées Missionnaires 2018

Les Journées Missionnaires 2018 auront lieu les 25, 26 et 27 mai.  Renseignements, inscriptions et dons en numéraire sur le site des JM
Retour webzine
C’est une très belle année sportive qui s’achève pour Franklin. Quelques semaines après la participation aux championnats de France de cross-country, notre équipe, composée de quatre athlètes et un arbitre, s’est lancée un nouveau défi : les courses de triathlon. Il s’agit d’épreuves un peu particulières puisque ces dernières se déroulent en équipe. Ainsi chaque athlète réalise successivement les trois disciplines du triathlon à savoir en premier lieu la natation, le cyclisme, et enfin la course à pied. C’est alors le cumul des quatre courses qui déterminent le temps final. 
Les championnats d’Ile de France se sont déroulés à Vanves en présence de toutes les académies de la région. Après une course exigeante, le Lycée Saint  Louis de Gonzague a été appelé pour la première place, en tant que Champions de Paris et d’Ile de France. Nous étions alors qualifiés pour la Corse ! 
C’était parti pour une nouvelle aventure mais cette fois-ci sous le soleil méditerranéen. La compétition s’est déroulée sur deux jours, le jeudi pour participer aux championnats de France d’aquathlon, et le vendredi pour le triathlon. L’aquathlon consiste en l’enchainement de la natation et de la course à pied. Cette première course nous a permis alors de nous situer par rapport aux autres établissements. Cet effort rapide et intense nous a été favorable, puisque nous avons remporté le titre de champions de France d’aquathlon. Une performance qui n’a fait que conforter notre volonté de placer Franklin sur la grande marche du triathlon français UNSS. Le lendemain, la pression était à son  apogée. Le parcours cycliste très exigeant nous inquiétait, mais notre coach croyait en nous et n’avait pas de doute sur nos capacités. Après un départ agité, Laurianne se place deuxième fille, et petit à petit, chacun d’entre nous, en fournissant son maximum, s’est rapproché de la première place du classement général, pour en prendre la tête, sur la dernière course à pied réalisée par Othello.
Le titre de champion de France est donc à nous, et nous sommes fiers de représenter Franklin sur un podium national. 
Nous remercions notre coach, Monsieur Jaillet, pour son soutien. Sans lui, ce beau projet n’aurait pas été possible, et nous espérons que ces  expériences sportives seront renouvelées dans les années à venir. 
 
Victor Jéhanno (TS3)
 
Triathlètes (de gauche à droite) : Laurianne Mascaro (1èreS5), Othello Cava (1èreES1), Alexandra Yatzimirski (1ère ES2), Victor Jéhanno (TS3). 
Arbitre : Emilien Ordonneau (TS5)  Coach : Mr Jaillet 
 

Retour webzine
Le nouveau livre des 4èmes créé pour les JM 2018 
"Saint Paul en Grèce, Chroniques grecques du Ier s. après JC"
 
Ces Chroniques grecques sont l’œuvre de nos 4èmes  aux bénéfices des Missions Jésuites.
Elles rendent compte, en 200 tableaux documentés, de l’environnement historique, religieux, économique et culturel qui a accueilli l’évangélisation de Saint Paul en Grèce au Ier siècle ap. JC.
Cet ouvrage collectif a mobilisé 178 élèves et 34 catéchètes. Il est le témoignage d’un engagement enthousiaste et sera comme chaque année le cadeau emblématique des JM 2018.
 
Quelle est cette Grèce que l’apôtre Saint Paul va évangéliser dès l’an 46 de notre ère ? 
- C’est le propos de ce livre qui présente le contexte historique, politique, culturel et économique d’une Grèce du Ier siècle, devenue province romaine. 
On doit à Horace le vers célèbre: "La Grèce vaincue s'empara de son farouche vainqueur et fit pénétrer les arts dans l'agreste Latium". C’est tout le paradoxe de la Grèce du Ier siècle: son incontestable supériorité culturelle est célébrée, mais elle reste une nation vaincue et asservie.
 
- Paul de Tarse, y fera deux voyages décisifs qui ancreront le Christianisme en Grèce. L’évangélisation de Saint Paul sera le tremplin de l’essor du Christianisme jusqu'à ce qu'en 380, l’empereur Théodose la déclare religion officielle de l’Empire romain, par l'Edit de Thessalonique.
 
Quel est l'objectif de cet ouvrage collectif dans les pas de Saint Paul?
- Ce livre regroupe 17 chapitres, un par équipe KT, dont les textes et illustrations ont été réalisés par chacun de nos élèves de 4ème. Usant d'un vocabulaire graphique lié à la Grèce antique, nos jeunes ont créé chacun leur image à partir de quelques morceaux de papiers de couleur.
- Il est édité à 500 exemplaires et le produit de sa vente sera remis au Père Maurice Joyeux, s.j., qui en Grèce, œuvre à l'accueil des réfugiés. 
 
La DreamTeam  KT4
 

Réservation et règlement du livre 2018 ici
Retour webzine

Concentration, calculs et anticipation, évaluation de positions, gestion du temps et des émotions, prises de décisions… Sur les 64 cases de l’échiquier, la lutte est totale !

En 2013, un petit groupe de joueurs du petit collège réalisait un incroyable pari en s’emparant du titre de champion académique et puis en 2015 du titre de vice-champion de France scolaire. Si les joueurs ont désormais grandi, cette génération ainsi que beaucoup de petits frères et sœurs, mais aussi de nouveaux jeunes talents continuent de défendre les couleurs de leur école.

Cette année encore, les résultats sont exceptionnels et démontrent combien les jeunes Franklinois, formés dès la 12ème, excellent dans cette discipline exigeante.

Un doublé qui fera date !

L’équipe du petit collège s’est emparée du titre de champion de Paris en s’imposant dans tous ses matchs sur le score parfait de 8-0, avant de faire déjouer en finale l’école Saint-Jean de Passy, vice-championne de France.

L’équipe du grand collège, composée de joueurs expérimentés, conserve avec maitrise son titre académique, encore une fois, devant le collège Saint-Jean de Passy.

Après la satisfaction, le travail reprend ses droits puisque nos jeunes élèves vont maintenant redoubler d’efforts pour se préparer aux finales nationales. Les joueurs du petit collège sont attendus à Laval et ceux du grand collège à Saint-Antonin-les-Nobles, souhaitons leur bonne chance !

Aziz AYOUB


Retour webzine

Nous ne sommes sûrement pas les meilleurs individuellement sur un terrain de football, et tous nous en sommes conscients. Plus petits, moins forts techniquement et souvent moins entraînés que nos adversaires. Mais nous avons développé des qualités au fil des années qui ont fait de nous, outsiders d'apparence, les vainqueurs du championnat académique de Paris cette année ! Pour beaucoup, nous jouons ensemble à l'association sportive franklinoise depuis de nombreuses années avec les mêmes entraîneurs, que nous voudrions d'ailleurs grandement remercier. Ainsi, nous connaissons les qualités et les faiblesses de chacun et la cohésion d'équipe règne sur le terrain. Enfin notre éducation à Franklin nous oblige à donner le meilleur de nous-mêmes et c'est ce que nous faisons toutes les semaines quand nous représentons les couleurs franklinoises. C'est donc avec cette même envie et cohésion d'équipe que nous abordons la suite de cette victoire enivrante pour aller le plus loin possible.

Laurent Barthélemy, 1ère4s


Retour webzine

Le Harvard Model Congress invite les élèves à simuler et s’engager dans les mêmes questions que les organismes internationaux : Union européenne, G15, G7, Organisation Mondiale de la Santé, Organisation Mondiale du commerce, ou bien encore Conseil de sécurité des Nations Unies.

Débattre en anglais des projets de loi et des résolutions, développer des stratégies de négociation avec d'autres congressistes, élèves d’autres pays, parler en public, sont quelques-unes des compétences que les élèves travaillent au cours de la conférence, accompagnés par des étudiants de Harvard

A l’initiative d’Aurélia Brocheton et Ashley Evenden et accompagnés par Aurélia Brocheton et Michael Taylor, vingt-quatre élèves de terminale S ont pu participer à cette expérience originale et enrichissante à Madrid.

Six d’entre eux ont été distingués et récompensés par un prix individuel.

Voici leur témoignage :

“We declare the 31st session of the Harvard Model Congress Europe open!”
From March 9th to March 12th, 24 of us from Terminale S travelled to the stunning city of Madrid, to participate in the Harvard Model Congress Europe conference. The so-called HMCE is a once-in-a-lifetime occasion to simulate the United States Congress as real-life Senators or Representatives. We were delighted to adopt and defend our American legislator’s convictions, making our argumentative skills way stronger.

“Motion to be added to the general speaker’s list!”
Over the weekend, we had the opportunity to meet students from all over the world, especially from Spain, Greece and India. Although it was sometimes hard to understand the different English accents, we engaged in spellbinding conversations and shared our cultural background. We were also delighted to converse with the American students from Harvard. They were very outgoing and made sure the atmosphere remained both serious and friendly. They aimed at making crystal clear that no work would be efficient without a peaceful atmosphere. Many friendships were born … what an enriching experience it was!

“Motion to introduce a bill!” – “Motion to cloture!”
Moreover, this trip was an intellectual experience which enabled us to master the thorough legislative process (as written in italics). We were particularly impressed by the diversity of tasks to which we were assigned. We were divided in Committees in order to draft bills on specific topics. For instance, some of us were members of the Senate Foreign Relations Committee: we were asked to determine a guiding-policy for the refugee admission issue and to solve a decades-long conflict in the Nagorno-Karabakh region. After having passed our bills in our Committee, we presented them to the whole Senate in a full-session debate. Finally, the bill was voted in the House after having passed the Senate. The Representatives had to follow the same rules. Though a large majority of students were in the Parliament, a few were in the Administration, serving as National Security Advisors to the President. They took part in a crisis session, where they were confronted with highly controversial issues like negotiating with terrorists.

“Motion for an unmoderated caucus!”
This experience helped us develop our confidence and our critical-thinking skills, which will be more than useful in the future. We delivered convincing orations (we did improve our improvisation skills!) and drafted bills, which all passed. We also learned to campaign and to make compromises and allies, even with the most award-obsessed students! In such a way, the “Franklin lobby” was very efficient. Beyond the academic aspect of this conference, the most important thing we learned was to dare get out of our comfort zones. It was not easy to raise our placards and stand up to speak in front of dozens of people. Some students had already participated in many other conferences and had an astonishing level of English. The quest for excellence and the competitive environment made it a highly challenging experience, which gave us the opportunity to push ourselves beyond our limits.

“Motion to adjourn the committee session!”
Although our days were quite full, we were able to visit Madrid every evening. We enjoyed a nice time altogether around some tapas at night. We let go of the formal suits and heels … y ¡hablamos Español con nuestro mejor acento! De verdad, la lluvia no nos impidió ver la Puerta del Sol, la Plaza Mayor o el Prado.

“We declare the 31st session of Harvard Model Congress Europe closed!”
It is with great honor that six students from our delegation received Awards and Honorable Mentions in recognition of their performance. On the last day, all of us were saddened to leave. We had spent four amazing days getting involved in burning discussions and meeting with multicultural people. This experience felt like a first step in adulthood and will remain in our memories forever.

Last but not least, we would like to send a huge thank you to the three English teachers who helped us prepare for two months and accompanied us to Madrid: Mrs. Brocheton, Mrs. Evenden and Mr. Taylor. Even though the students might tell you that each year, it is undeniable that none of it would be possible without your strong commitment! We feel so grateful for all the work and time you put in the project and appreciated your kindness and thoughtfulness.

Merci. ¡Gracias! Thanks!
Claire Alaux-Lorain, (T3S), Maximillien Chaperon (T3S) and Isaure Santoire (T4S)

 


Retour webzine

Les Journées Missionnaires 2018 ont été présidées par le Père Maurice Joyeux, s.j. directeur du JRS Grèce.

Grâce à vous tous, les actions des JM permettent de recueillir des fonds qui sont reversés à plus de 60 associations et missions de la Compagnie de Jésus dans le monde et en France.

Le soutien de la mission des jésuites est un engagement ancien de notre établissement dont la vocation prioritaire est l’éducation et l’enfance.

La gratitude des enfants et des familles aidées de par le monde est à la fois une joie redonnée au centuple et un encouragement, toujours plus fort d’année en année, à poursuivre ensemble.

Parmi la soixantaine de projets bénéficiaires, les JM ont choisi cette année de mettre en avant leur soutien aux réfugiés accueillis par le JRS Grèce, fondé par des jésuites en novembre 2015, pour répondre aux déplacements de 1,3 million de personnes de passage en Grèce vers l’Europe. Aujourd’hui, plus de 50 000 déplacés, demandeurs d’asile, réfugiés, sont bloqués en Grèce.

Nous avons eu la chance de recevoir le Père Maurice Joyeux, qui a été aumônier à St Louis de Gonzague (1998-2001), invité et grand témoin des JM, qui nous a fait part de son action à Athènes. Accompagner, servir, être la voix des sans voix, telle est la vocation du JRS Grèce qui soutient en priorité les plus vulnérables : les femmes seules avec enfants, les familles, les personnes ou enfants en capacité ou mobilité réduite.

Ensemble, rejoignons l’action du Père Joyeux et retenons que 10 euros par jour permettent à une famille entière de se loger et 1 euro par jour permet la scolarisation d’un enfant.

A vos agendas !

Jeudi 31 mai à 20h30 • Concert de la Maîtrise - Chapelle Saint Louis de Gonzague

Mardi 5 juin à 18h00 • Concert des 8e - Chapelle Saint Louis de Gonzague

Samedi 16 juin à 12h00 • Tournoi de golf - La Queue les Yvelines

Vendredi 22 juin à 20h30 • Cocktail-dînatoire Franklin en blanc - Terrasse Madrid


Inscriptions, réservations, dons en numéraire
Retour webzine

N’oubliez pas l’hospitalité ; car grâce à elle, certains, sans le savoir, ont accueilli des anges. (Hébreux 13, 2)

Le « carton JM» est l’occasion, à Franklin, pour tous les élèves du collège, de s’interroger sur le sens de nos Journées Missionnaires mais aussi de se questionner sur les enjeux des Arts plastiques dans le cadre de l’enseignement des arts à l’école.

Cette année, le thème de nos Journées Missionnaires est l’hospitalité et le pays à l’honneur, la Grèce, dont la tradition dans l’Antiquité était de réserver à l’étranger, considéré comme l’envoyé des dieux, le meilleur accueil. Il existe un terme grec pour désigner le bon accueil des étrangers : philoxenia.

En groupe de deux ou seuls, par le collage, la peinture, le dessin ou la photographie, les élèves ont réfléchi à la manière de produire une image en associant les deux thèmes. Ce fut l’occasion de développer les compétences plasticiennes relatives à l’élaboration d’un visuel attirant et incitatif  (la composition, la couleur, la forme, les effets), de rechercher les moyens sémantiques et plastiques tout en s’assurant de la compréhension de l’œuvre finale.

Ils ont exploité des informations telles que des textes et définitions se rapportant à l’hospitalité, et de la documentation iconique, pour servir leurs projets de création et ont produit des images fortes de sens et éloignées des stéréotypes.

Dans certaines classes, Abraham et les trois anges, 1960-66, œuvre du peintre Marc Chagall conservée au Musée national Marc Chagall à Nice, ainsi que l’affiche du Festival Welcome ! Migration et hospitalité, proposé à l'occasion des 10 ans du Musée national de l’histoire de l’immigration, ont servi d’incitation aux élèves. La séquence a commencé par l’analyse plastique de ces deux productions, l’occasion de comprendre la diversité des images, les différences d’intention entre expression artistique et communication visuelle, entre œuvre et image d’œuvre.

En prolongement de la séquence, la maman d’élève qui a accepté la charge de la mise en page et de l’identité graphique de l’édition 2018 des Journées Missionnaires a fait une présentation aux élèves de 4e et de 3e de son rôle dans le cadre de l’élaboration du carton d’invitation et plus largement de son métier de designer-graphiste.

La production des élèves est enfin présentée à un jury, composé de la direction, de l’aumônier et des responsables des Journées Missionnaires. A l’issue d’un vote, l’œuvre ayant obtenu le plus grand nombre de voix est choisie pour illustrer le carton d’invitation. Le carton choisi cette année, et qui illustre cet article, a été réalisé par Migoumi et Clarisse, élèves de 3e.

Nous tenons à féliciter nos élèves pour le travail remarquable qu’ils nous ont présenté.

Anne Guillotel et Sylvain Richard, professeurs d’arts plastiques

 


Retour webzine
Les jésuites animent deux réseaux : Ignace de Loyola Éducation dont Saint Louis de Gonzague fait partie comme établissement scolaire, et Loyola Formation, qui met en œuvre dans des écoles de production, la même pédagogie ignatienne adaptée à des jeunes en difficulté.
 
Vous avez peut-être un pouvoir sur l’affectation de la Taxe d’Apprentissage dans votre entreprise, et dans ce cas, nous vous proposons de contribuer à donner une chance à ces jeunes, en soutenant les écoles de production de Loyola Formation.
 
Ces écoles de production sont très novatrices : elles mettent ces jeunes, de 15 à 18 ans, en situation de travail au sein même de l’école. En réalisant des commandes clients, ils reprennent confiance en eux, apprennent un métier, tout en étant fortement encadrés et accompagnés au sein de l’école.
 
Aujourd’hui, une centaine de jeunes sont concernés, avec un taux de réussite de 94% au diplôme comme le CAP et de 96% pour leur insertion en entreprise ou en poursuite de formation. L’excellence de ces résultats démontre la pertinence de la pédagogie ignatienne appliquée à des jeunes en difficulté. C’est ainsi que les écoles de production ont été nominées par le Président de la République comme projet dans le concours « La France s’engage ».
 
Ces écoles ont besoin de fonds pour mener à bien leurs projets. L’AFEP (Association Forézienne d’Ecoles de Production) à St Etienne démarre une nouvelle section dans les métiers des textiles médicaux, et doit s’équiper de machines de production pour les élèves. L’ICAM propose trois nouvelles écoles de production, en électricité à Nantes, en montage-assemblage à La Roche-sur-Yon et en usinage à Melun-Sénart.
 
En soutenant l’AFEP vous permettrez que chaque année une dizaine de jeunes sorte de l’échec pour une véritable insertion professionnelle.
 
Je vous remercie pour l’attention que vous pourrez porter à cette requête. Et je remercie tout particulièrement ceux qui ont déjà pu effectuer un versement de taxe d’apprentissage l’an dernier.
 
Jérôme Gué, s.j.
Laurent Poupart

Loyola formation : un projet, un métier, un avenir pour chacun
Retour webzine

Nous ouvrons une nouvelle page du sport à Saint Louis de Gonzague, pour l’année 2017-2018, et vous proposons les résultats de nos élèves aux divers championnats dans lesquels ils excellent, au fur et à mesure des compétitions. L’année s’annonce riche !

Cross country - Janvier 2018 - Championnat de France
Pour la deuxième année consécutive, l’équipe franklinoise de cross country s’est qualifiée aux Championnats de France. C’est une expérience unique à la fois humaine et sportive, que nous avons pu vivre lors de ces courses. Le cross country est une discipline exigeante qui nécessite volonté, goût de l’effort et combativité. Tout au long de ces compétitions règne un esprit convivial entre les lycées. Pour nous tous, la course a été un véritable dépassement, mené à la fois pour soi mais surtout pour l’équipe et ce qu’elle représente. Finalement, Franklin se place en 40ème position, avec une performance individuelle remarquée chez les cadettes (6ème). Nous remercions Monsieur Jaillet sans qui ce beau projet n’aurait pas été possible. Victor Jehanno

Badminton - Janvier 2018 - Une nouvelle équipe bien prometteuse.
Le badminton conjugue nombre de qualités physiques, de vitesse et d'endurance alliant sens tactique et esprit de décision.
Pour la 4e fois, une équipe de badminton du lycée, représentée par Eléonore Durant, Alice Bambury, Charles Audouin, Cyprien Terouanne, Grégoire Musy et Héloïse Delapalme, se hisse sur la plus haute marche du podium. Ils représenteront et défendront les couleurs de Franklin lors des championnats de France UNSS qui se dérouleront début février à Argentan dans l’Orne. Catherine Billet


Retour webzine

Programme de la messe de minuit radiodiffusée sur France Culture

Chapelle Saint Louis de Gonzague Dimanche 24 décembre 2017

Veillée chantée par la Maîtrise Saint Louis de Gonzague

Adeste Fideles - Anonyme
1. Adeste Fideles, laeti, triumphantes
Venite, venite in Bethleem
Natum videte, Regem angelorum
1. Approchez, fidèles, joyeux et triomphants
Venez, venez à Bethléem
Voyez le Roi des anges qui vient de naître

R/ Venite, adoremus, venite, adoremus
Venite, adoremus Dominum

R/ Venez, adorons, venez, adorons
Venez, adorons le Seigneur

2. En grege relicto, humiles ad cunas
Vocati pastores approperant

Et nos ovanti gradu festinemus
2. Laissant là leurs troupeaux, dès l’appel
les bergers accourent vers l’humble berceau
Nous aussi, hâtons-nous d’un pas joyeux

3. Aeterni Parentis splendorem aeternum
Velatum sub carne videbimus
Deum infantem, pannis involutum
3. Nous verrons la splendeur éternelle du Père éternel
Cachée sous le voile de la chair
Un Dieu enfant enveloppé de langes

4. Pro nobis egenum et foeno cubantem
Piis foveamus amplexibus
Sic nos amantem quis non redamaret?

4. Embrassons pieusement celui qui, pour nous,
S’est fait pauvre et qui est couché sur la paille
Celui qui nous aime à ce point, qui ne l’aimerait en retour ?

Noël nouvelet J. Alain
1. Noël nouvelet, Noël chantons ici. Dévotes gens disons à Dieu merci. Chantons Noël pour le Roi nouvelet. Nl nouvelet, Noël chantons ici
2. Quand je m’éveillai et eus assez dormi. J’ouvris les yeux, vis un arbre fleuri. Dont il sortait un bouton merveilli. Noël nouvelet, Noël chantons ici
3. Quand je le vis, mon cœur fut réjoui. Car grand beauté resplendissait en lui. Comme soleil qui lui au matinet. Noël nouvelet, Noël chantons ici
4. D’un oiselet après le chant ouïs. Qui aux pasteurs disait : Partez d’ici. En Bethléem trouverez l’angelet. Noël nouvelet, Noël
chantons ici
5. En Bethléem, Marie et Joseph vis. L’âne et le bœuf, l’enfant couché au lit. La crèche était au lieu d’un bercelet. Noël nouvelet, Noël chantons ici
6. L’étoile y vi qui la nuit éclaircit. Et d’Orient d’où elle était sortie. En Bethléem les trois rois amenait. Noël nouvelet, Noël chantons ici
7. L’un portant l’or, l’autre la myrrhe aussi. L’autre l’encens qu’il faisait bon senti. Du Paradis semblait le jardinet. Noël nouvelet,
Nl chantons ici. Alleluia

A minuit

Chant d’entrée – Il est né le divin enfant - J. Rutter
R/ Il est né le divin enfant, Jouez hautbois, résonnez musette. Il est né le divin enfant, Chantons tous son avènement.
1. Depuis plus de quatre mille, Nous le promettaient  les prophètes, Depuis plus de quatre mille ans, Nous attendions cet heureux temps
2. Ah ! qu’il est beau, qu’il est charmant. Ah ! que ses grâces sont parfaites. Ah ! qu’il est beau qu’il est charmant, Qu’il est beau ce divin enfant !
3. Une étable  est son logement,  Un peu de paille  est sa couchette ; Une étable  est son logement,  Pour  un Dieu  quel
abaissement !
4. O Jésus, roi tout puissant, Si petit enfant que vous êtes ; O Jésus, roi tout puissant, Régnez sur nous entièrement.

Kyrie – Messe en ré mineur WAB 146 - A. Bruckner
Kyrie eleison. Christe eleison, Christe eleison. Kyrie eleison. Christe eleison. Kyrie eleison, eleison.

Gloria – Messe aux chapelles -  Ch. Gounod
Gloria in excelsis Deo, Gloria in excelsis Deo. Et in terra pax hominibus  bonae voluntatis.  Laudamus  te, benedicimus  te, adoramus te, glorificamus te. Gratias agimus tibi, propter magnam gloriam tuam. Domine Deus, Rex caelestis, Deus Pater omnipotens.
Domine Fili unigenite, Jesus Christe. Domine Deus Agnus Dei Filius Patris. Qui tollis peccata mundi, miserere nobis. Qui sedes ad dexteram Patris, miserere nobis.
Quoniam tu solus sanctus. Tu solus Dominus. Tu solus altissimus, Jesu Christe. Cum Sancto Spiritu in gloria Dei Patris. Amen

1ere lecture

Psaumes 95 (96) - F. Fonsalas
Aujourd’hui, un Sauveur nous est né : c’est le Christ, le Seigneur.
Chantez au Seigneur, un chant nouveau
Chante
z au Seigneur, terre entière
Chantez au Seigneur et bénissez son nom !
De jour en jour, proclamez son salut, Racontez à tous les peuples sa gloire A toutes les nations ses merveilles

2e lecture

AlleluiaTemps de Noël - M. Praetorius
Allelulia, Alleluia, Alleluia, Alleluia, Alleluia, Alleluia
Je vous annonce une grande joie : Aujourd’hui nous est né un sauveur ; c’est le messie, le Seigneur
Allelulia, Alleluia, Alleluia, Alleluia, Alleluia, Alleluia

Credo

Prière Universelle
Accueille au creux de tes mains, la prière de tes enfants - S-P Dioman

Offertoire – Veni, Emmanuel - Z. Kodaly
1.Veni, veni Emmanuel
captivum solve Israel
Qui gemit in exsilio
privatus Dei Filio
1. Ô viens, Ô viens Emmanuel
Et paye la rançon d’Israël
Qui se désole dans l’exil
Attendant la venue du Fil de Dieu

R. Gaude ! Gaude !
Emmanuel, nascetur pro te Israel
R. Réjouis-toi, réjouis-toi,
l’Emmanuel est né pour toi, Israël

2.Veni, O Jesse virgula,
Ex hostis tuos ungula
De specu tuos tartati
Educ et antro barathri
2. Ô viens, Toi, Rameau de Jesse,
Délivre-moi de la tyrannie de Satan
Sauve ton peuple des profondeurs de l’Enfer
Et donne lui la victoire par-delà le tombeau

3. Veni, veni o Oriens,
Solare nos adveniens,
Noctis depelle nebulas,
Dirasque mortis tenebras
3. Ô viens, Toi, Première lueur du jour,
Viens et réconforte nos esprits de ton avènement
Disperse les sombres nuages de la nuit Disperse les sombres nuages de la nuit
Et chasse les ombres de la mort

4. Veni, Clavis Davidica
Regna reclude caelica
Fa iter tutum superum
Et claude vias inferum
4. Ô viens, Toi, clef de David
Et ouvre en grand notre maison dans le ciel
Rends sûr le chemin qui y conduit
et barre le sentier de la misère

5. Veni, veni, Adonai
Qui populo in Sinai
Legem dedisti vertice
In mejestate gloriae
5. Ô viens, Ô viens, Adonaï
Toi qui sur les hauteurs du Sinaï
Donnas au peuple ses lois
Dans la majesté de sa gloire

Sanctus et Benedictus –  Messe en ré mineur WAB 146 - A. Bruckner
Sanctus, sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Sanctus. Pleni sunt coeli et terra gloria tua. Osanna in excelsis. Benedictus, qui venit in nomine Domini. Osanna in excelsis.

Notre-Père dit

Agnus Dei – Messe en ré mineur WAB 146 - A. Bruckner
Agnus Dei, qui tollis peccata mundi : miserere nobis. Agnus Dei, qui tollis peccata mundi : miserere nobis. Agnus Dei, qui tollis peccata mundi : dona nobis pacem.

Communion

Sur la paille fraîche - S. Chiu
Sur la paille fraîche dort l’enfant si beau, une pauvre crèche lui sert de berceau. De l’azur céleste l’étoile à sourit à l’enfant qui reste si tard endormi. Près, plus près encore de moi, pour toujours, Jésus je t’implore, j’attends ton secours. Ecoute ma prière, tu me l’as promis, et viens pour nous prendre dans ton paradis. Et veille toi-même sur moi doux sauveur.

Minuit Chrétien - S. Chiu
Minuit Chrétien, c’est l’heure solennelle où l’homme Dieu descendit jusqu’à nous. Pour effacer la tâche originelle et de son père arrêter le courroux. Le monde entier tressaille d’espérance, à cette nuit qui lui donne un Sauveur. Peuple ! A genoux ! Attends ta délivrance, Noël, voici le rédempteur.
De notre foi que la lumière ardente nous guide tous au berceau de l’enfant. Comme autrefois une étoile brillante y conduisit les chefs de l’Orient. Le Roi de rois naît dans une humble crèche, puissants du jour, fiers de votre grandeur. Ah votre orgueil, c’est de là qu’un Dieu prêche. Courbez vos fronts devant le rédempteur. Peuple de debout et chante ta délivrance, Noël, voici le rédempteur.

Douce Nuit, Sainte Nuit - F. Gruber
1. Douce nuit, sainte nuit. Dans les cieux, l’astre luit. Le mystère annoncé s’accomplit. Cet enfant sur la paille endormi, c’est l’amour infini ! C’est l’amour infini !
2. Saint enfant, doux agneau ! Qu’il est grand ! Qu’il est beau ! Entendez résonner les pipeaux des bergers conduisant leurs troupeaux, vers son humble berceau ! Vers son humble berceau !
3. C’est vers nous qu’il accourt, en un don sans retour ! De ce monde ignorant de l’amour, où commence aujourd’hui son séjour, Qu’il soit Roi pour toujours ! Qu’il soit Roi pour toujours !

Chant de sortie
Les anges dans nos campagnes - S. Chiu
Les anges dans nos campagnes ont entonné l’hymne des cieux. Et l’écho de nos montagnes redit ce chant mélodieux : Gloria in excelsis Deo.
Bergers pour qui cette fête ? Quel est l’objet de ces chants ? Quel vainqueur, quelle conquête mérite ces chants triomphants ? Gloria in excelsis Deo.

Joyeux et Saint Noël


Messe de minuit sur France Culture à écouter en podcast
Retour webzine

Trois semaines après la rentrée, nous voici embarqués avec les 154 jeunes de la division de terminale, accompagnés de 16 animateurs - préfets, professeurs, animateurs en pastorale - réunis autour du Père Jean-Marc Furnon, s.j., pour la traditionnelle retraite . Une nouveauté cette année, nous avons été accueillis par les frères dominicains de l’Hostellerie de la Sainte Baume, au pied de la montagne du même nom.

Mi-touristes, mi-retraitants, nous faisons une halte à Notre Dame de la Garde, sur les hauteurs de Marseille, saisis par l’horizon et la lumière de la Provence. Le ton de ces trois jours est donné : Partir vers soi-même pour « choisir la vie » en expérimentant la réciprocité pluridimensionnelle de l’hospitalité dans la gratuité et la surprise.

Que ce soient à travers la randonnée sur la Sainte Baume, les rencontres individuelles ou celles en équipe si bien nommées Oasis, les ateliers diversifiés, les temps de prière, d’offices avec les frères ou d’Eucharistie, la veillée des talents, le sacrement de réconciliation… autant d’occasions à saisir pour accueillir ce que je suis, avec les rêves et les sentiments qui m’habitent.

Le temps, se donner du temps est un compagnon essentiel dans cette retraite : temps que les accompagnateurs donnent pour se rendre disponibles durant ces trois jours, temps pour favoriser la rencontre avec un autre de la division particulièrement dans l’exercice de confidence en binômes, avec un professeur ou un préfet en marchant, à table ou à l’accueil de l’hostellerie entre deux activités. Et pourquoi pas accepter de se laisser saisir par l’inattendu de la rencontre avec Dieu, qui lui aussi est là, bien présent et fidèle. Et se poser la question de la foi. Accueillir le questionnement de certains jeunes qui ne savent plus très bien s’ils croient ou non, bousculés par l’actualité si violente ou rendus vulnérables face aux déchirements vécus en famille, mais néanmoins capables de se laisser émouvoir par la beauté du paysage pendant la randonnée ou la chaleur de la présence des amis ou des accompagnateurs.

Autre temps fort de cette retraite : « tendre l’oreille » à la Parole de Dieu. Cette année, en lien avec la spiritualité du lieu dédié à Sainte Marie- Madeleine, le Père Jean-Marc Furnon, s.j nous a offert une « ballade » à travers les nombreuses rencontres ou apparitions du Christ à ses disciples aux matin et lendemain de Pâques : l’apparition à Marie-Madeleine (Jean 20, 11-18), l’onction de Béthanie (Jean 12, 1-11), la femme pécheresse pardonnée (Luc 7, 11-50), l’apparition aux dix apôtres et à Thomas (Jean 20, 19-29), l’apparition au bord du lac de Tibériade (Jean 21, 1-23).

De retour dans l’ordinaire de nos vies quotidiennes, qu’allons-nous faire de tout cela ? L’appel à l’ouverture, à l’accueil et à la générosité demeure. A chacun de trouver comment répondre à cette réciprocité de sa vocation, qui fait que cette division des terminales est devenue une promotion où chaque jeune a sa place pour faire vivre le bien commun de l’ensemble, ou chacun fédère sa personnalité singulière pour « faire Eglise », ainsi bâtie sur celles et ceux que le Christ ressuscité appelle par son nom et envoie proclamer la Bonne Nouvelle :

« Mon Dieu, mon Dieu, je suis ton enfant.
Tu m'appelles, je ne te vois pas.
Mon Dieu, mon Dieu, toi qui me connais ;
Dis-moi, dis-moi, quel est ton secret ?
Parole de Dieu, Notre Père des cieux :
Je t'ai appelé par ton nom, je suis avec toi, n'aie pas peur ;
Tu comptes beaucoup pour moi.
Oui, je t'aime. »
(Rythmo-catéchèse Pierre Scheffer, s.j d’après Isaïe)

 

Frédérique Panel-Pagezy


Retour webzine

Petit retour sur deux événements marquants de la vie des classes préparatoires ECE de Franklin :

le week-end d’intégration des premières années du 30 août au 1er septembre à Jambville et le week-end au Mont Saint Michel des deuxièmes années les 20 et 21 octobre. L’un ouvrait l’année préparationnaire, l’autre clôturait une première période d’efforts intenses. Entre les deux, arrivant comme nouvel aumônier, j’ai eu l’occasion de plonger un peu plus dans l’univers des prépas de « Fk ». Je crois que ces deux événements m’ont donné quelques clefs pour comprendre cet univers et j’aimerai en partager quatre avec vous.

Cohésion : Du week-end d’intégration, je retiens ce défi pour l’équipe pédagogique : comment faire en sorte qu’en trois jours, 81 étudiants qui ne se connaissent pas du tout (à quelques rares exceptions près dont les cinq élèves venant du lycée Franklin) arrivent à former une promo soudée ? Pour relever ce défi, tout est bon : olympiades, jeu du loup-garou, topos sur l’esprit prépa, chorégraphie de promo préparée par l’équipe des 10 intégrés revenus spécialement pour ces trois jours, présentation de la Compagnie de Jésus et de sa tradition pédagogique, chambres dortoirs, repas « trappeur » au fond des bois de Jambville… Il y a une recette qui « marche » tous les ans, mais il y a aussi beaucoup de souplesse pour essayer de percevoir l’esprit de promo qui germe petit à petit dans ce groupe d’étudiants et pour aider le petit germe à grandir rapidement. Le résultat final est bluffant ! En trois jours, l’arbre de l’esprit de promo FK a tellement bien pris racine que les organisateurs et intégrés peuvent tranquillement transplanter la jeune pousse de la terre vacancière de Jambville au béton besogneux de Saint Louis de Gonzague. Pour sûr il est prêt à croître encore et suffisamment enraciné pour résister aux premières tornades de notes en dessous de la moyenne et à la sécheresse des 14 heures de travail journalier.

Talents : Un moment marquant du week-end d’intégration fut la « soirée des talents ». Les étudiants étaient invités à partager leurs talents pour animer la dernière soirée à Jambville. Interdiction de faire des groupes de plus de six étudiants, invitation à faire un numéro en solo autant que possible : l’objectif visé est à la fois de permettre à chacun de s’exprimer, aux autres d’apprendre à connaître un camarade sous un angle original, et enfin de faire réaliser à la promo qu’elle est riche de talents insoupçonnés et différents du potentiel intellectuel qui a amené chacun à être accepté à Franklin. Contempler cette soirée est un privilège ; et devant tant de talents, on ne peut qu’être impressionné et rendre grâce : Heureux aumônier !

FHS : Pour préparer le week-end des EC2 au Mont Saint Michel, j’ai pris l’initiative d’inviter les 72 étudiants à dîner à la communauté de la rue Raynouard, par groupes de 8-10 élèves. Ces groupes étaient déjà constitués, ce sont ceux de la FHS. FHS, petit nom de la Formation Humaine et Spirituelle, autrement dit de l’heure hebdomadaire où les étudiants se retrouvent par groupe pour apprendre à mieux se connaître eux-mêmes, mieux vivre en relation avec les autres et avec la Création. Les étudiants l’appellent parfois en rigolant « le caté ». Si par là ils entendent souligner que cette formation bien particulière à Franklin, plonge ses racines dans l’anthropologie relationnelle des chrétiens et des jésuites, ils ont tout à fait raison ! Toujours est-il que j’ai pu en mesurer les fruits lors de ces huit dîners à la communauté. Au milieu des rires, des blagues et des conversations ordinaires, j’ai entendu des élèves capables de parler d’eux-même et des autres avec une profondeur et une bienveillance dépourvue de mièvrerie qui m’ont réjoui le cœur. Vive la FHS, ses animateurs bénévoles, son chef d’orchestre Patrick Renard et ses participants, étudiants qui se donnent avec un cœur large et généreux à la proposition qui leur est faite !

Traversée : Traverser la baie du Mont Saint Michel et voir l’analogie avec les années prépas est à la portée du premier étudiant venu, même s’il a encore du mal à se réveiller de la soirée qui a précédé le départ et qui fêtait la fin du concours blanc. Mais puisque tous les lecteurs de cet article ne sont pas forcément passés par là, développons un peu le parallèle. Traverser la baie du Mont nécessite un équipement spécifique : short, coupe vent, eau, polaire… Traverser la prépa nécessite aussi de s’équiper de quelques indispensables : patience, force, courage, intelligence, perspicacité… Il faut aussi laisser de côté un certain nombre d’activités et d’habitudes des années lycée, comme le pèlerin vers la merveille doit laisser derrière lui son bagage de parisien en goguette et ses habitudes de citadin. Traverser la baie nécessite un guide afin de traverser les cours d’eau, d’éviter les sables mouvants et de comprendre l’histoire et la richesse écologique du site qui nous entoure. Traverser les deux années préparatoires implique de suivre avec confiance le chemin ouvert par des professeurs dévoués mais exigeants, autant de guides qui vous éviteront les marécages des théories économiques vaseuses ou les pièges de la langue de Cervantès. Marcher vers le Mont Saint Michel, c’est d’abord marcher vers ; il s’agit d’avoir un cap, cette flèche posée là-haut sur le roc, cette église qui domine le socle de granit. En prépa aussi il faut marcher vers ; vers les concours et vers l’intégration dans telle ou telle école, certes. Mais celui qui s’arrêterait là serait comme le marcheur qui ne voit dans le Mont qu’un tas de pierres à grimper pour le conquérir. Il manquerait le sens profond de la marche, il manquerait l’esprit qui anime ces pierres et leur donne sens, le même esprit qui anime et donne sens à sa vie. L’étudiant qui traverse la baie de la prépa doit savoir qu’il ne marche pas uniquement vers les concours, mais vers le sens qu’il veut donner à sa vie à travers sa formation. C’est ce cap profond qui lui donnera l’énergie d’aller de l’avant lorsque les soirées de travail seront longues et les résultats apparents assez maigres. Enfin, notre traversée de la baie fut une expérience de groupe où les discussions par paires, les fous rires à plusieurs, les mains tendues en binômes pour se sortir des sables mouvants et les chants en promo ont peut être constitué l’essentiel de l’expérience. Je crois, pour l’avoir vécu il y a une dizaine d’années, que la traversée de la prépa révèlera in fine à chacun que l’essentiel de ces années difficiles ce furent la dynamique de groupe, la solidarité de chacun et les amitiés « à vie » qui se seront soudées dans l’ordinaire des jours, faisant face ensemble à l’adversité et partageant simplement les petites joies du quotidien.

L’année est donc bien lancée dans l’univers des prépas de Franklin. Le paquebot qui flotte au dessus de la cour a pris son cap, il est lancé en haute mer. Rien ne l’arrêtera plus jusqu’au port des concours et des vacances d’été. Bon vent à toutes et à tous !

Xavier de Bénazé, s.j. Aumonier des prépas


Retour webzine
En collaboration avec l’association Animath, Franklin innove cette année en initiant un cycle de conférences thématiques à l’attention des élèves de première et de terminale.
 
Ces conférences, destinées à leur faire découvrir un certain nombre d’applications utiles des mathématiques et à leur donner des perspectives sur les enjeux de cette discipline, sont animées par des chercheurs ou parents d'élèves utilisant des mathématiques dans leurs métiers.
 
La première conférence, animée par Benoît Rittaud, enseignant-chercheur, maître de conférence à Paris XIII, a eu lieu en juin sur le thème Représentations de la croissance exponentielle.
 
La seconde, animée en musique au théâtre du grand collège par Moreno Andreatta, mathématicien et pianiste, chercheur au CNRS et à l’IRCAM, a eu pour thème Les représentations géométriques de la musique de Bach à Paolo Conte, en passant par les Beatles et Magic System. Elle a réuni plus de 100 élèves.
 
Le Jeudi 9 novembre 2017, Franklin accueillera Martin Andler, président d’Animath sur le thème Maths et Guerres ou Comment les maths ont servi les stratégies et les tactiques sur les champs de bataille).
 
Nous espérons que ces conférences donneront aux élèves du recul, de l'inspiration et du plaisir dans l'étude des mathématiques.
 
Françoise Prats, préfet de la série ES
Vivien Bouhey, préfet de la série S
Olivier Sérès, parent d'élève
 

Retour webzine

Deux anciens de St Louis de Gonzague, ordonnés prêtres par le cardinal André Vingt Trois, le 24 juin 2017, sont venus célébrer la messe de rentrée le samedi 9 septembre à 11h00.

 

David Rabourdin (Promo 2003) a 31 ans. Il est né et a grandi à Paris, dans une famille catholique pratiquante, et a suivi sa scolarité à Saint-Louis de Gonzague. Enfant, quelque chose de très fort nait dans son cœur comme une alliance avec Dieu et vient le désir de se consacrer. Il est l’ainé de quatre enfants. En classes préparatoires littéraires à Daniélou (92), à 20 ans, il vécut une rencontre profonde avec le Seigneur, après plusieurs années d’indifférence religieuse et d’oubli de Dieu, qui le conduit, lors de ses études à Lyon, à se ressaisir de la question de la vocation sacerdotale, tout en s’approchant de la Communauté de l’Emmanuel, dont il est membre depuis 2012. David a fait l’année Saint-Joseph à Namur (année propédeutique de la Communauté de l’Emmanuel dont il fait partie maintenant) en 2008/2009, puis achevé ses études de philosophie, avant d’être envoyé en premier cycle au Séminaire de Paris, à la Maison Saint-Martin (3e). Au terme de son second cycle dans les Maisons Saint-Bernard (5e) et Saint-Louis (4e), avec des apostolats au lycée Montaigne, à Notre-Dame des Champs (6e), à la Trinité (9e) et au groupe de prière de Saint-Sulpice (6ème), David a passé son baccalauréat de théologie à la Faculté Notre-Dame et a été ordonné diacre le 18 septembre 2016 à Saint-Nicolas des Champs (3e). Il se trouve depuis lors au Séminaire Français de Rome, où il prépare cette année, à l’Université Grégorienne (confiée aux jésuites par le Pape depuis sa fondation au XVI°), un Master 2 de théologie dogmatique qu’il achèvera l’an prochain.
PRESENTATION VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=6h_yex8v4_4

Louis-Marie Talon (Promo 1997) a 37 ans. Frère aîné de trois sœurs. Il a grandi sur la paroisse de Saint-Ferdinand des Ternes (17e) et y a fait du scoutisme, jusqu’à être routier, chef scout, durant quinze ans. Après des études d’ingénieur à Paris et une spécialisation en « linguistique informatique », Louis-Marie a travaillé sept ans dans l’édition de logiciels. La question du sacerdoce s’est alors précisée à l’occasion de son engagement auprès de jeunes avec un handicap dans l’association « À Bras Ouverts ». Entré à 30 ans à la Maison Saint-Augustin pour un discernement d’un an, Louis-Marie a choisi de faire ensuite son premier cycle à la Maison Saint-Séverin (5e). Il est actuellement en quatrième année de second cycle, pour la deuxième année à la Maison Saint-Bernard (5e), après deux années à la Maison Saint-Roch (1er). Louis-Marie vient de passer un semestre à Jérusalem, après son ordination diaconale le 24 septembre 2016. Il vivait à la Maison Aaron Jean-Marie Lustiger du diocèse de Paris, et suivait les cours de l’École Biblique et de l’Université Hébraïque, pour compléter la préparation de son baccalauréat de théologie qu’il vient de passer. Pour sa première mission, Louis-Marie est vicaire à la paroisse Saint-Germain de Charonne (20e).
PRESENTATION VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=ocxN03A3ea4


Retour webzine

La célébration d’une naissance, par le P. Thierry Dobbelstein sj, Socius

 

Du samedi 29 au dimanche 31 juillet derniers, 700 personnes se sont retrouvées à l’Université de Namur pour célébrer la naissance de la nouvelle Province d’Europe Occidentale Francophone. Un programme varié a été proposé aux 200 jésuites et aux 500 partenaires et amis qui avaient répondu à l’invitation. Le Père Arturo Sosa, préposé Général de la Compagnie nous faisait l’honneur de sa présence. Le temps de ce week-end prolongé (… par la fête de saint Ignace de Loyola), les trois lettres EOF résonnaient comme « Ensemble On Fête ».

Les participants arrivent en milieu de journée le samedi ; installation dans les hôtels, au Centre spirituel de La Pairelle, dans les chambres d’étudiants et communautés religieuses de la ville. A 15h, les Pères Jean-Yves Grenet et Franck Janin – les deux Provinciaux qui terminent leur mandat et qui sont les principaux artisans de la naissance de la nouvelle Province – accueillent l’assemblée dans l’auditoire Vauban, avec des mots bien choisis pour retracer le chemin parcouru au cours de ce processus de « rapprochement ». Cette première intervention est aussi l’occasion de découvrir une nouvelle identité, par la présentation du nouveau logo et du nouveau site internet.

Pendant que le nouveau Provincial et le Père Général se soumettent aux questions des journalistes, place à un premier temps de carrefour : présentation et entrée progressive dans un climat d’action de grâce. Action de grâce pour les fruits récoltés par les Provinces de Belgique méridionale et du Luxembourg et de France, mais aussi au-delà, les fruits que nous recevons au travers de la spiritualité ignatienne et de la Compagnie de Jésus. Le Père Général intervient en dialogue avec trois partenaires. La soirée est particulièrement détendue : barbecue, bar à bières et spectacle « La Belgique expliquée aux Français ».

Puis vient la journée du dimanche marquée par quatre temps. La matinée, plus académique, nous fait découvrir la personnalité de Pierre Favre, grâce à l’intervention du Père Pierre Emonet. Mme Amélie de Montchalin, quant à elle, nous fait découvrir les frontières sociales, économiques de notre époque qui sont à traverser.

L’après-midi est l’occasion d’exercer sa capacité de discernement et de choix : chacun peut participer à des ateliers plus formels, présentant des secteurs et institutions de l’EOF, s’inscrire à des activités plus touristiques pour découvrir la capitale de la Wallonie, au fil de l’eau, par ses musées et églises ou encore du haut de la citadelle.

En fin d’après-midi, tout le monde converge vers Saint-Loup, ancienne église baroque du Collège de la Compagnie de Jésus jusqu’en 1773 : la messe dominicale y est présidée par le Père Franck Janin ; le Père Général y fait l’homélie… et surtout c’est au cours de cette eucharistie, que formellement la nouvelle Province est fondée et que le Père François Boëdec, premier Provincial de l’EOF, a est installé.

Après un repas de fête, ce sont 50 jeunes du Mouvement Eucharistique des Jeunes (MEJ) qui animent un spectacle pour nous présenter Pierre Favre encore autrement. L’humour et la créativité marquent tout le rassemblement. Cette veillée est suivie, pour les plus courageux, par une nuit de prière… une nuit de veille pour la naissance de l’EOF.

Le lundi, solennité de saint Ignace, « tous sont sur leur 31 » pour la photo de famille et pour une messe solennelle à la cathédrale Saint-Aubain en présence de cinq évêques. Émotion quand les quelque 200 jésuites présents se regroupent autour de l’autel pour prier et chanter l’« Anima Christi ». Cette eucharistie a été préparée tout au long de la matinée par un temps de carrefour : tous ont ainsi déjà prié le récit de l’évangile grâce à un dialogue contemplatif.

P. Thierry Dobbelstein sj, Socius de la Province EOF

Photo : © Pierre-Yves Honet pour la Province EOF


Retour webzine

Nous sommes partis le 2 juin à 23h30 de la gare Saint Lazare, sous la houlette joyeuse et pleine d'empathie de notre Monsieur Frat : Tugdual de Kerautem. Avec 1h30 de retard, après avoir changé de train puis voyagé en cars escortés par des motards, nous sommes arrivés sous la pluie à 2 heures du matin. Nous avons traversé la grande prairie de Jambville à la recherche de notre campement, essayant avec peine de rester le plus discret possible.

Nous étions une troupe de 148 jeunes de 3e et 4e et 19 accompagnants dont le Père Gilles Barbe. Nous sommes rentrés au complet, sans blessés ni malades, mais le cœur élargi, la voix cassée, des étincelles dans les yeux, emplis des rires, des rencontres et des moments de grâce qui ne sont pas prêts de s'effacer.

Le FRAT 2017 fut un très grand cru ! Un peu de pluie pour respecter la tradition, mais aussi beaucoup de soleil et de brise, les rondes de nuit pour faire taire les éclats de voix et de rire dans les tentes, les délicieux repas chauds préparés par les scouts et dégustés assis sur des rondins, l'enthousiasme des jeunes pour aider et participer sur le camp ou encore les montées triomphantes, bannière en tête, au grand chapiteau. Nous avons été portés par les chants et la musique entraînante de Glorious, émus par la veillée baptismale, touchés par la réconciliation proposée tout au long du Frat, de jour, de nuit, sous la pluie ou le soleil, assis sur de charmants et rustiques confessionnaux en bois, disséminés dans le parc. 

Le FRAT, c'était 12 000 jeunes et moins jeunes, une ambiance de fête, la joie d'être réunis par l'amour du Christ et le souffle de son Esprit, si vivant pendant ces trois jours. 

A noter : Deux élèves de seconde de Franklin engagées comme animatrices à l'encadrement d'une petite aumônerie du 19e à Paris rencontrée lors du Frat 2015. Bel exemple de fraternité !

Comme nous le disaient nos évêques avant le départ, "Le FRAT, c'est pas fini, c'est pour la vie!" Alors, rendez-vous à Lourdes, du 17 au 22 avril 2018, pour vivre le FRAT des lycéens ? Pour les adultes et étudiants accompagnateurs, les inscriptions sont déjà ouvertes à la pastorale, nous vous attendons et vous accueillons...fraternellement !

Sophie Musy, APS Collège


Retour webzine

Pourquoi
Deux professeurs de Saint-Louis de Gonzague/Franklin, Hélène Bodenez et Béatrice du Mesnil, ont pris au mot le ministre de l’Éducation nationale d’exercer les élèves à la pratique de la dictée quotidienne. « Les élèves ne sortiront pas de l’école sans maîtriser la langue française ». Constatant un réel besoin des bases orthographiques, animées par la passion de transmettre et de partager avec le plus grand nombre, elles lancent en avril 2016 leur site personnel gratuit, Une Dictée Par Jour.
L’objectif est de donner à ceux qui en ont besoin ces grandes règles de l’orthographe, indispensables hier comme aujourd’hui, et d’allier moyen numérique et apprentissage classique.

Le concept
Le concept est simple : un fichier audio pour la dictée, une correction vidéo sur quelques points seulement. Comme en classe ! Les professeurs ont élaboré les deux premières étapes de leur projet avec un développeur pour mettre au point le site tel qu’il existe aujourd’hui : élégant, esthétique, fluide et sérieux. Elles sont persuadées que seule la pédagogie de la répétition et de l’imprégnation peut permettre l’acquisition de la langue écrite. Cela relève, en effet, de l’entraînement, comme en musique ou en sport.
Le site comprendra à terme 365 dictées, une par jour de l’année, avec quatre niveaux de difficulté signifiés par des couleurs, sans niveau de classe. Chaque texte, court, au sens autonome, est extrait d’une œuvre littéraire, classé par thèmes susceptibles d’intéresser des jeunes : aventure, sport, jeux, mer…

La méthode
Le texte, lu une première fois, est dicté puis relu. On peut arrêter, revenir en arrière, avancer le curseur. La dictée et sa correction prennent 20 minutes au plus. L’élève peut choisir de l’écrire à la main ou de la taper sur une tablette. Puis le temps vient de lâcher son crayon ou son clavier, d’ouvrir l’onglet de la correction donnée par vidéo. Trois ou quatre règles de français sont rappelées à chaque fois, pas plus, auxquelles s’ajoute une courte liste de mots de vocabulaire courant à connaître. Le texte intégral de la dictée s’affiche et, s’il le veut, l’élève peut confronter sa production à l’extrait écrit de manière juste pour s’en imprégner.
Grâce à la souplesse du site, au choix diversifié de ses dictées et de ses explications, l’élève s’adapte. N’étant pas jugé, il s’arrête comme il veut, passe sur les notions déjà acquises, explore les nouvelles sans craindre d’être dépassé ou de ne pas comprendre. Il est acteur d’un projet qui ne l’intimide pas. Ainsi encouragé, il progresse.
L’élève s’empare du site choisissant le travail autonome ou l’accompagnement par des plus grands.

À qui s’adresse le site Une Dictée Par Jour ?
Aux élèves en apprentissage d’écriture, CM1, CM2, 6e, c’est-à-dire au cycle 3 prioritairement. Le cycle 4 est bien entendu concerné. Le site se propose en réalité d’accompagner toute personne dans sa progression en orthographe, là où elle en est : jeunes lycéens voulant se perfectionner, jeunes adultes entrant dans la vie active, étrangers apprenant le français.

www.unedicteeparjour.fr

 

 

La Presse en parle

1 - Le Figaro classe le site Une Dictée Par Jour n°1 des cinq meilleurs sites de dictées.
http://unedicteeparjour.fr/de-vous-a-nous/la-presse-en-parle-le-figaro-etudiant/
Quoi de mieux que les vacances scolaires pour progresser en orthographe ? Ces plateformes proposent des dictées et des méthodes pour apprendre sans s’ennuyer.

Une dictée par jour : un site créé par deux professeurs de lettres
Une dictée par jour : c’est la promesse de deux professeurs de lettres du prestigieux Collège Saint-Louis de Gonzague dans le 16ème arrondissement de la capitale (Franklin pour les initiés). « Gratuit, simple et efficace, ce site permet de s’entraîner à l’orthographe avec des dictées courtes extraites d’œuvres littéraires, expliquées et corrigées », expliquent Hélène Bodenez et Béatrice du Mesnil, fondatrices du site internet Une Dictée Par Jour. À ce jour, 21 dictées sont en ligne, et de nouveaux exercices seront proposés pendant l’été. Le texte est dicté par fichier audio, la correction donnée par vidéo : les règles fondamentales sont ainsi connues, revues et assimilées.
Lire sur le site du Figaro http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/les-5-meilleurs-sites-de-dictee-pour-cet-ete-20970/

 

2 - Marie-Claire/Enfants cite Une Dictée Par Jour dans son hors-série automne/hiver 2016 
http://unedicteeparjour.fr/de-vous-a-nous/la-presse-en-parle-marie-claire-enfants/
« Un site conçu par des professeurs qui accompagnent petits et grands dans leurs progrès en orthographe ».

3 - Famille chrétienne, le 16 septembre 2016
http://unedicteeparjour.fr/de-vous-a-nous/la-presse-en-parle-famille-chr...
« Voici ce que proposent deux enseignantes du privé. Prévu pour les collégiens et les grands commençants ou les adultes qui auraient besoin de réviser quelques bases. Il donne une dictée par jour. Après l’avoir écoutée, écrite, la correction s’affiche à l’écran comme au tableau. Pédagogique, mon cher Watson ! »
Lire sur le site de Famille chrétienne, Les Bonnes adresses. http://www.famillechretienne.fr/famille-education/enseignement/une-dictee-par-jour-204115

4 - Geek Junior, 27 septembre 2016
http://unedicteeparjour.fr/de-vous-a-nous/la-presse-en-parle-geek-junior/
 « Une Dictée Par Jour » est un site web qui va t’aider à améliorer ton niveau de français et à ne plus faire de fautes d’orthographe. Simple et efficace !
L’exercice s’organise en trois étapes. Après avoir écouté le fichier audio, tu écris la dictée. Tu peux faire des pauses sur le lecteur, revenir en arrière ou tout réécouter à la fin. Ensuite, vient le temps de l’évaluation. A chaque fois, tu visionnes une vidéo sur laquelle le texte va défiler. Les points de difficulté sont expliqués directement sur cette vidéo. Tu peux enfin découvrir le texte global de la dictée sur une seule page web.
Pourquoi une dictée par jour ? Les concepteurs du site expliquent les bienfaits d’un tel exercice : « Parce que lenteur et répétition sont les clés de la réussite, Une Dictée Par Jour, c’est comme une gamme, des vocalises en musique ou comme un entraînement sportif. »
Plus de 50 dictées sont déjà disponibles sur le site après seulement quelques mois d’existence. Les dictées sont courtes. Avec la correction, tu auras besoin en tout et pour tout d’une vingtaine de minutes par dictée, pas plus. Tu peux choisir les dictées par niveau de difficulté, par thème ou selon le point technique que tu veux étudier.
Lire sur le site Geek Junior http://www.geekjunior.fr/une-dictee-par-jour-ameliore-orthographe-dictees-en-ligne-9501/